Sociologie de la cause animale - Antoine Doré, Fabien Carrié, Jérôme Michalon

À paraître

Sociologie de la cause animale

Antoine Doré, Fabien Carrié, Jérôme Michalon

Depuis quelques années, les mobilisations pro-animaux suscitent une attention publique particulière : aux associations établies œuvrant à la « protection » des animaux s’ajoutent désormais des collectifs revendiquant plutôt leur « libération ». Leur point commun : défendre les intérêts des animaux. Le lectorat francophone ne disposait pas encore de synthèse distanciée, faisant le point sur les propriétés sociales, politiques et morales de ces mouvements. Ce livre entend combler ce manque en présentant l’état des connaissances sur l’histoire et la structuration de la cause animale aujourd’hui.
Cette mise en perspective remonte jusqu’au XIXe siècle. Les mobilisations contemporaines sont cartographiées. Les raisons de l’engagement pour les animaux et la variété de ses formes sont analysées, de même que les liens des mouvements avec d’autres mondes sociaux (les politiques publiques, les marchés, le monde académique).
Cet ouvrage fournit ainsi des clés de compréhension sociologique sur la façon dont la défense des animaux transforme nos sociétés.

Version papier : 11,00 €
Version numérique : 8,49 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°797
Parution : 16/02/2023
Format : EPub
ISBN papier : 9782348068010 ISBN numérique: 9782348068126

Antoine Doré

Antoine Doré est chargé de recherche INRAE en sociologie et membre du laboratoire AGIR (UMR 1248). Spécialiste de l’étude des sciences et des techniques (STS), il étudie les transformations des rapports aux vivants dans les domaines de l’agriculture et de l’environnement. Il conduit notamment des enquêtes de terrain sur les controverses relatives à l’écologisation et à la moralisation des activités d’élevage d’animaux de rente.

Fabien Carrié

Fabien Carriéest maître de conférences en science politique à l’École internationale d’études politiques de Fontainebleau et membre du Laboratoire interdisciplinaire d’étude du politique – Hannah Arendt (LIPHA, EA7373). Il est spécialiste des relations entre idées et mobilisations et a notamment publiéLa Fabrique de la radicalité. Une sociologie des jeunes djihadistes français (avec Laurent Bonelli, Seuil, 2018) et a codirigéS’engager pour les animaux (avec Christophe Traïni, PUF, 2019).

Jérôme Michalon

Jérôme Michalon est chargé de recherche au CNRS et membre du laboratoire TRIANGLE (UMR 5206). Sociologue, spécialiste des relations humains-animaux, il cherche à penser l’évolution des rôles attribués aux animaux. Il a notamment publiéPanser avec les animaux. Sociologie du soin par le contact animalier (Presses des Mines, 2014). Il travaille actuellement sur le militantisme pro-animaux, le bien-être animal et la profession vétérinaire.

Table des matières

Introduction
Encadré 1. Glossaire et définitions
I. Les origines de la cause animale
La protection animale : un projet de civilisation (1820‑1870)
Un monopole des élites sociales sur la « question animale »
L’éducation et la domestication du peuple par l’apprentissage de la bonté aux animaux
Criminalisation de la cruauté, encouragement et inculcation de la bonté
Encadré 2. Des voix minoritaires : les premières critiques « systémiques » de l’exploitation animale
La double rupture : les refuges et l’antivivisectionnisme (1870‑1914)
La montée en puissance des femmes et des représentants de la bourgeoisie culturelle au sein des organisations de la cause animale
Le primat de la compassion et la prise en compte de la souffrance des individus : l’autonomisation de la protection animale vis-à-vis du monde académique
Dévoiler, réparer et dénoncer : le développement des refuges et de la critique antivivisectionniste
Encadré 3. Comment la zoophilie est devenue une pathologie. L’affaire Valentin Magnan
II. Une cause redéfinie au cours du XXe siècle
Entre spécialisation et scientifisation (1914‑1960)
Mouvements « anti » (chasse, corrida, vivisection)
Les ressorts scientifiques d’un mouvement « réformateur »
Encadré 4. Une critique experte de l’élevage industriel : Ruth Harrison et Animal Machines
Le développement d’une critique radicale : libération animale, antispécisme et droits des animaux (1960‑1990)
Les ressorts intellectuels d’un mouvement « émancipatoire »
Encadré 5. Antispécisme et éthique appliquée : le coup double de Peter Singer
Crise et renouvellement des associations de protection anglophones
Dévoiler, dénoncer et (s’)empêcher d’exploiter
Encadré 6. Le développement du label Animal Libération Front (ALF)
La bataille des idées : les Animal Studies comme nouvel avatar de la cause animale
Une recherche au service des animaux
Vers un « militantisme académique »
III. Se mobiliser pour la cause : cartographie des mouvements pro-animaux contemporains
La persistance des luttes sectorielles
Encadré 7. Réformisme ou abolitionnisme ?
Du refuge à la gestion des populations
L’expérimentation animale : un débat cantonné aux alternatives
L’institutionnalisation de la protection animale : pérennisation des actions sectorielles et altération de la critique
L’essor des mobilisations systémiques
Libération animale et droits des animaux dans les pays anglophones
Une exception française ? Les Cahiers antispécistes et la difficile implantation des mots d’ordre de la libération animale
Le renouvellement des groupes et des modes d’action
Diffusion et réception internationales de la cause
Les missionnaires de la bonté : la mise en circulation de la cause animale en Europe et dans le monde aux XIXe et XXe siècles
L’internationalisation contrastée de la libération animale et de l’antispécisme : les cas de l’Inde et d’Israël
La généralisation en Europe et aux États-Unis de la répression à l’encontre des expressions « radicales » de la cause animale
IV. Qui sont les militants ?
Pourquoi s’engage-t-on ?
Une proximité avec le mouvement écologiste et une sensibilité plutôt marquée à gauche
Émotions, choc moral et socialisations militantes
Encadré 8. Les dispositifs de sensibilisation
Qui prend la parole pour les animaux ?
L’abaissement progressif des coûts de la prise de parole
Encadré 9. Militants et sympathisants : deux populations différentes ?
Des collectifs très féminisés, mais un accès restreint des femmes aux postes à responsabilités
Encadré 10. Figures influentes et médiatisation de la cause animale
Comment parler et agir au nom des animaux ?
Représenter
Politiser
Se conformer
V. Effets de la cause sur les mondes sociaux
La « question animale » au prisme des politiques publiques
La réglementation humanitaire de l’abattage
Du bureau de la protection animale au Plan national sur le bien-être animal
Un levier européen pour infléchir les politiques nationales
Changement de statut juridique des animaux
Les marchés au secours des animaux ?
Étiquetage « bien-être animal » : quand les ONG pro-animaux et la grande distribution font cause commune
Le développement d’un segment végane : les marchés de la compassion
La pet industry : un marché des rapports bienveillants aux animaux de compagnie
Diffusion et résistances dans les mondes académiques
L’éthique animale : de la confidentialité à la consécration académique
Du rejet au positionnement
Institutionnalisation académique et professionnalisation de la cause animale
Conclusion / Porter la parole de l’animal, entre science et politique
Repères bibliographiques.