Sociologie des troubles mentaux - Lise DEMAILLY

Sociologie des troubles mentaux

Lise DEMAILLY

Éthique, pratique, économique, politique, la question de la santé mentale ne peut rester de la seule responsabilité des professionnels du soin. Les troubles mentaux (ou psychiques) posent aux citoyens de nombreuses questions : d'où vient l'augmentation de leur fréquence ? Comment prévenir leur apparition et mieux les prendre en charge ? Comment impliquer la famille et les proches dans les soins ? Comment ne pas stigmatiser les malades ? Comment protéger la société des personnalités classées comme dangereuses ?
La sociologie, sans être exclusive d'autres approches disciplinaires, apporte un éclairage spécifique : elle envisage le trouble psychique comme un phénomène social et elle saisit les processus de prise en charge dans leurs dimensions relationnelle, organisationnelle et politique. Ce livre propose ainsi une synthèse sur la sociologie du trouble mental, et convoque les statistiques, les théories, l'histoire de l'« étrangeté d'âme » et de la psychiatrie, mais aussi le point de vue des professionnels et celui des malades.
Le soin en santé mentale et les représentations de l'« anormal » apparaissent alors comme des enjeux de société.

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°575
Parution : mars 2011
ISBN : 9782707158147
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm
Façonnage : Broché

Lise DEMAILLY

Lise Demailly est professeure émérite de sociologie à Lille-I. Elle mène actuellement des recherches sur les politiques de psychiatrie et santé mentale en Europe ainsi que sur les innovations dans le soin. Elle a auparavant publié des ouvrages sur les métiers relationnels et sur le développement de l’évaluation dans l’action publique.

Extraits presse

Un état des lieux des connaissances acquises, des différentes questions soulevées et des approches théoriques choisies par la sociologie de la santé mentale.

30/10/2009 - Victor Royer, Arthur Vuattoux - Non fiction

 

Table des matières

Introduction : Pourquoi une sociologie des troubles mentaux ?
I / La santé mentale des Français

Quelques statistiques sur les troubles mentaux en France
Les troubles à prévalence stable - Le suicide - Les addictions classiques, dont l’alcoolisme - La dépression - La consommation de psychotropes
Les problèmes méthodologiques de la mesure du trouble mental -
La question des lieux de mesure - La question des temporalités et des points de vue dans la mesure - La question des critères diagnostiques - L’interprétation des corrélations
La querelle des chiffres sur le trouble mental en prison
La question des inégalités de santé
Conclusion : la nécessité des investigations qualitatives
II / Les dimensions sociales du trouble mental
Les modes de catégorisation des troubles mentaux
Les segmentations non standardisées, quasi profanes ou savantes - Les classifications standardisées : les nomenclatures et les tests - La négociation macrosociale des classifications
La désignation et l’imputation causale de l’anormalité : approches anthropologiques et points de vue actuels
Découper l’espace du négatif, nommer les anomalies - Imputer l’anormal - Corriger l’anormal - Normal et pathologique aujourd’hui
Vers une « nouvelle économie psychique » ?
Les « nouveaux symptômes » : une mouvance intellectuelle transdisciplinaire - La querelle des « nouveaux symptômes » - Défaillance ou changement du régime symbolique ?
La genèse sociale du trouble mental individuel
Variables sociales et phénomènes psychiques. Travaux épidémiologiques - Travaux sociologiques - La souffrance psychique comme souffrance sociale
Exemple de débat étiologique : l’augmentation des dépressions
Conclusion : les troubles mentaux entre souffrance, déficit et déviance
III / Quelles aides ? Quelles prises en charge ?
Un marché des soins éclaté et diversifié
Les lieux de prise en charge - L’offre de soins
Un besoin social de coordination des prises en charge
Fonctionnement du marché et obstacles à la coordination
La diversité des modes de rémunération et des temporalités de travail - L’innovation et la coordination comme luxe - Des cultures professionnelles distantes, des valeurs non partagées - Une régulation de type marché - Le rôle des usagers dans ce marché - La stigmatisation de certaines catégories d’usagers - Les « trous » dans la prise en charge
La violence des institutions psychiatriques et sa contestation institutionnelle
Dénonciations, protestations, pétitions - Condamnations juridiques, éthiques, formelles : le rôle grandissant du droit - Normalisation des pratiques
Conclusion : la nécessaire et difficile évaluation des prises en charge
IV / Les trajectoires de soin
La production du « diagnostic » et les interactions patient/professionnel/famille
La pratique peu normalisée du « diagnostic » psychiatrique - Accepter progressivement le diagnostic - Arracher le diagnostic - Refuser le diagnostic Encadré - Coconstruire le diagnostic
Cinq manières de faire avec le trouble
La maladie métier - La maladie euphémisée - Le trouble et les soins refusés - La maladie sens - Le monde du travail sur soi
Conclusion : quête de l’autonomie, lutte contre la stigmatisation
V / Les perspectives actuelles
Des organisations de soins en changement
Vers une nouvelle territorialisation des prises en charge en santé mentale ?
L’émergence des usagers comme acteurs collectifs incontournables
Les petits collectifs - Les grandes associations partenaires - Les associations en combat frontal
La montée des préoccupations gestionnaires en psychiatrie
La faiblesse de la recherche clinique en santé mentale
Conclusion : quatre tensions
Conclusion / Trouble mental et société troublée : quelles rationalisations ?
Une rationalisation instrumentale
Créativité institutionnelle et réflexivité
Liste des sigles
Repères bibliographiques.

Droits étrangers

A SOCIOLOGY OF MENTAL DISORDERS




Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites