L'entreprise dans la société
Une question politique

Michel CAPRON, Françoise QUAIREL-LANOIZELÉE

Les rapports entre les entreprises et la société constituent un champ qui a été peu pris en compte par les sciences sociales. Pourtant, la vie quotidienne est largement déterminée par ce que font – ou ne font pas – les entreprises. Acteurs économiques omniprésents, elles jouent également un rôle de plus en plus important dans la vie de la Cité. L’observation et l’analyse de ces rapports, tant du point de vue de la société que de l’entreprise, s’imposent dans un contexte de mutations profondes des cadres de vie et d’évolution des systèmes économiques.
Les auteurs portent ce double regard en appréhendant les activités des entreprises sous l’angle des responsabilités qui en résultent. Ils scrutent les attentes de la société et les modes de réaction des entreprises à travers une vision sociohistorique qui en éclaire les déterminants.
Face à l’approche managériale de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE), ils développent l’idée d’une « redevabilité » des entreprises envers la société résultant de leurs impacts sur l’environnement naturel et humain et des ressources qu’elles s’y procurent. Leur réflexion débouche sur des interrogations sur le sens, la nature, le rôle et le pouvoir de l’entreprise dans la société d’aujourd’hui.
Cet ouvrage a été labellisé par le collège de labellisation de la FNEGE.

Version papier : 23,50 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Grands Repères Manuels
Parution : janvier 2015
ISBN : 9782707175960
Nb de pages : 280
Dimensions : 135 * 220 mm

Michel CAPRON

Michel Capron est professeur émérite de sciences de gestion à l'université Paris-VIII-Saint-Denis. Il a été président du Forum citoyen pour la responsabilité sociale des entreprises et vice-président de la Plate-forme nationale d’actions globales pour la RSE.

Françoise QUAIREL-LANOIZELÉE

Françoise Quairel-Lanoizelée est maître de conférences et chercheuse associée au centre Dauphine Recherche en Management (DMR) de l'université Paris-Dauphine. Elle est coauteure, avec Michel Capron, de Mythes et réalités de l’entreprise responsable (La Découverte, 2004) et La Responsabilité sociale d'entreprise (La Découverte, 2010, nouvelle édition).

Extraits presse

A côté du développement durable, la responsabilité sociale des entreprises fait partie de ces catégories faussement évidentes. Pourtant, les enjeux qui la sous-tendent sont bel et bien cruciaux et les réalisations en la matière non négligeables, comme les auteurs s'appliquent à le montrer. S'opposent en effet deux conceptions de la place des entreprises dans la société, selon que l'on considère ces organisations comme devant ou non être "réencastrées" dans la société et qu'elles peuvent ou non prendre elles-mêmes en compte les incidences sociales et écologiques de leurs activités. Les auteurs détaillent aussi les différents dispositifs par lesquels s'incarne concrètement la RSE, non sans en souligner la profonde ambivalence. Reste une certitude : les entreprises, surtout les plus grandes, sont une chose trop sérieuse pour être laissées aux seuls actionnaires et à leurs managers.

01/03/2015 - Igor Martinache - Alternatives économiques

 

Le célèbre hiatus entre l’entreprise et la société incite Michel Capron et Françoise Quairel-Lanoizelée à s’interroger sur la responsabilité sociale et écologique de la première. Spécialistes en sciences de gestion, ils proposent un large et intéressant détour historique : regard aigu sur les résistances à s’interroger, rappel des arrangements pour maintenir une bonne image de marque et de quelques rares expériences volontaristes, prisonnières, dans un contexte de concurrence débridée, de la recherche du profit. Un chapitre éclaire les nouvelles interactions entre les entreprises et la société à travers le lobbying des associations. Au-delà du concept de responsabilité, les auteurs pointent ce qu’ils appellent la « redevabilité » (l’obligation de rendre compte). En l’absence d’intervention publique nationale et internationale efficace, son développement pourrait combattre des pratiques de dissimulation nombreuses et pernicieuses, sans cesse renouvelées.

01/10/2015 - Marc Mangenot - Le Monde diplomatique

 

Table des matières

Remerciements
Introduction
I / Un éclairage sociohistorique et théorique de l’évolution des relations entreprise-société

La toile de fond sociohistorique
De la société de capitaux à la grande entreprise - La capture du champ entreprise-société par la RSE
Entre désencastrement et encastrement : une lecture théorique des évolutions des relations entreprise-société
La vision libérale des relations entreprise-société et ses évolutions - La vision institutionnelle : l’encastrement incontournable de l’économie et de l’entreprise dans la société - Les relations entreprise-société et la RSE
II / L’entreprise et les représentations de l’intérêt général
L’intérêt général défini par les parties prenantes
Parties prenantes : une définition floue et ambiguë - Stratégie et gouvernance de l’entreprise à l’aune de la théorie des parties prenantes - Conception éthique des relations entreprise-société dans la théorie des parties prenantes - La vision politique sous-jacente à la théorie des parties prenantes - Les enjeux et les limites de la théorie des parties prenantes
Les enjeux globaux : biens collectifs, biens communs, biens publics mondiaux
Les biens collectifs ou biens publics - Les biens communs - Les externalités - Les biens publics mondiaux
Soutenabilité et responsabilité
Soutenabilité, développement durable et bien public mondial - Les postures types du développement durable - Responsabilité de l’entreprise et développement durable - Les limites du couplage RSE-développement durable
III / La responsabilité de l’entreprise en société
Comment penser la responsabilité de l’entreprise
Que signifie, pour une entreprise, « être responsable » envers la société ? - Le principe de redevabilité (accountability) : un concept clé - Une réconciliation possible entre conception éthique et conception politique de soutenabilité - La responsabilité économique et fiscale de l’entreprise
Quelles limites à la responsabilité de l’entreprise ?
La question du partage des rôles avec l’État - L’entreprise est-elle citoyenne ? - Quel rôle politique pour l’entreprise ? - Engagement volontaire et/ou contraintes institutionnelles ?
IV / Les dynamiques relationnelles des acteurs
Les pressions de la société civile
Les organisations de la société civile et les nouveaux mouvements sociaux économiques - Les organisations syndicales - Les ONG constituent-elles des contre-pouvoirs aux puissances économiques mondialisées ? - Les rapports ONG-entreprises
Les pressions des marchés
Les investisseurs « socialement responsables » : quelle influence ? - La pression des consommateurs : mythe ou réalité ?
La réactivité des milieux d’affaires : le business case comme compromis
Le business case : le plaidoyer pour une vision « gagnant-gagnant » - Les limites du business case
V / La codification des relations entreprise-société : les cadres institutionnels de la régulation
Les régulations publiques
Les cadres publics mondiaux - Les politiques publiques dans l’Union européenne - Les politiques nationales dans les pays de l’Union européenne
Les régulations privées
Une norme d’une instance privée mondiale : ISO 26000 - Les codes sectoriels professionnels et les initiatives multipartites - Les labels et certifications : une régulation par le marché
Hard law
et soft law au niveau national et international
Le rôle de la jurisprudence
VI / Les réponses stratégiques des entreprises
Les stratégies d’évitement ou hors business
Ignorer, éviter ou manipuler - Les stratégies « hors business » : philanthropie et responsabilité de l’entreprise
Les stratégies « intégrées » aux activités et au management de l’entreprise
Vers une intégration de la RSE dans le cœur de métier - Responsabilité sociale et gestion de la diversité - Responsabilité, chaîne globale de valeur et stratégies d’achat
Les stratégies BOP et le social business comme solution ?
Les PME, vecteur d’un réencastrement de proximité de l’économie dans la société
VII / La transparence et le pilotage des relations entreprise-société
Le reporting environnemental et social
Les différentes visions du reporting entre accountability et information des marchés - L’institutionnalisation du reporting, entre régulation et normalisation
Les nouvelles conceptions de la performance et leur déploiement dans l’organisation
Les outils de la comptabilité et la prise en compte du développement durable - Les outils non monétaires de la performance et la prise en compte du développement durable - Les contradictions des systèmes de contrôle
Le directeur de développement durable, un « marginal sécant »
VIII / Vers une conception renouvelée de l’entreprise
L’entreprise sous le regard du droit et de l’économie
Qu’est-ce que l’entreprise ? - L’ouverture sur l’environnement : droits et obligations de l’entreprise
La gouvernance et les relations aux pouvoirs
Gouvernance et légitimité du pouvoir dans l’entreprise - L’entreprise et l’enjeu démocratique
L’articulation de la responsabilité de l’entreprise avec ses filières et ses territoires
L’intégration de l’entreprise dans la responsabilité de sa filière - L’articulation entre l’entreprise et le développement durable des territoires
Quelle utilité sociale ?
Conclusion
Liste des sigles et abréviations
Repères bibliographiques.



Droits étrangers

BUSINESS: A POLITICAL ISSUE




Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com