Les animateurs socioculturels - Francis LEBON

Les animateurs socioculturels

Francis LEBON

Qui sont les animateurs ? Combien sont-ils ? Après une forte croissance des effectifs, on compte, en France, autour de 110 000 professionnels. Mais plus de deux millions de personnes ont obtenu le diplôme de moniteur de colonie de vacances ou le Bafa, une des clés de l’entrée dans ce métier. Chaque année, plusieurs centaines de milliers de jeunes animent les centres de loisirs et les centres de vacances. Au-delà de l’intervention des animateurs professionnels, l’animation est l’affaire des bénévoles et des « occasionnels » (étudiants, « volontaires », etc.) : on s’y engage donc avec des perspectives à géométrie variable.Les emplois « occasionnels » fonctionnent comme le réservoir d’une main-d’œuvre renouvelée et alimentent un vivier de formation/recrutement des animateurs professionnels, mais aussi des travailleurs sociaux et des professeurs des écoles. Dans ce contexte, les animateurs socioculturels constituent un groupe professionnel contrasté que ce livre se propose d’analyser dans toute sa complexité.

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°495
Parution : 07/05/2009
ISBN : 9782707156051
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm
Façonnage : Broché

Francis LEBON

Francis Lebon, sociologue, a été chargé de recherche à l’INJEP (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire) et rédacteur en chef de la revue Agora Débats/Jeunesses. Il est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Paris-Est (Créteil), rattaché au Centre interdisciplinaire de recherche culture, éducation, formation, travail (CIRCEFT).

Extraits presse

« Qu'ils soient professionnels, bénévoles ou occasionnels, les animateurs socioculturels sont de plus en plus nombreux en France. Au croisement des secteurs de l'éducation, de la culture et du social, ils participent à l'élargissement des activités éducatives vers des publics et des lieux peu investis par l'éducation nationale... Mais qui sont-ils au juste ? Partant de l'histoire du métier, reconnu dans les années 1960, l'auteur, sociologue et chargé de recherche à l'Institut national de la jeunesse et de l'éducation populaire (Injep), analyse ce groupe contrasté, présente la diversité de ses fonctions et l'évolution des emplois e cette profession intermédiaire et souvent précaire, dans un livre synthétique et accessible. »
L'HUMANITÉ

0000-00-00 - PRESSE

 

Table des matières

Introduction - I / Genèse d’un « homme nouveau » sous l’égide de l’État - Militants de l’éducation populaire - Du patronage au centre de loisirs : la garderie comme repoussoir - Des employeurs publics, associatifs et sociaux - La fonction publique - Le monde associatif - II / Les diplômes de l’animation - Les multiples usages du Bafa Organisation et déroulement de la formation - Les stagiaires : des étudiants et des animateurs professionnels - La formation professionnelle : certifications « Jeunesse et Sports » et DUT « carrières sociales » - Diplômes « Jeunesse et Sports » - DUT « carrières sociales », option animation - III / Un groupe professionnel éclaté - Multiplication et féminisation des agents de l’animation - La croissance des effectifs est-elle terminée ? - Un métier de femmes ? Une population restée jeune - Origines sociales et formation - Des niveaux d’études très variés - Les filières suivies : peu de spécialités en animation - Des origines sociales « moyennes » - IV / L’emploi : entre précarité et flexibilité ? - Une forte proportion d’emplois précaires du secteur public - L’ampleur du travail à temps partiel - Des salaires dispersés et généralement peu élevés - Une qualité de l’emploi médiocre - Le « volontariat », cheval de Troie de la relation salariale ? - Divisions dans l’animation - V / Carrières et rapports au travail dans l’animation- En centres de loisirs : une typologie de trajectoires - Les jeunes étudiants futurs enseignants : la vocation « éducative » - Les étudiants « volontaires » : la vocation « humaniste » L- es professionnelles « permanentes » - Les professionnels « par défaut » - L’encadrement : une affaire d’hommes ? - Conclusion - Une profession intermédiaire et précaire - Les discours sur la « professionnalisation » : un travail de légitimation - Liste des sigles - Repères bibliographiques.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites