L'affaire Dreyfus - Vincent DUCLERT

L'affaire Dreyfus

Vincent DUCLERT

Le 22 décembre 1894, un procès d’État condamne un capitaine juif, alsacien, innocent de toute charge, pour crime de « haute trahison » (en faveur de l’Allemagne). S’ouvre, deux ans plus tard, une crise majeure de la République. Le régime est menacé par l’effondrement de la justice, l’impunité de l’armée, la violence des nationalistes, la peur des républicains.
Mais l’engagement pour Dreyfus, la défense des droits de l’homme et du citoyen, la lutte contre l’antisémitisme et le nationalisme entraînent un sursaut civique de la société. Le 12 juillet 1906, un arrêt solennel de la Cour de cassation réhabilite l’officier. L’Affaire inaugure un âge démocratique porté par l’engagement des intellectuels, les expériences dreyfusistes, la reconnaissance de nouvelles libertés comme celles d’association et de conscience (au fondement de la laïcité), la solidarité pour les opprimés de par le monde.
Ces mutations si décisives pour la Belle Époque demeurent d’actualité, face à la raison d’État, au viol de la justice et à l’abandon des persécutés. Pour retrouver le sens des valeurs dans des sociétés traversées par le racisme, l’antisémitisme et les passions identitaires ?

Version papier : 10 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°141
Parution : novembre 2018
ISBN : 9782348040856
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm
ISBN numérique : 9782348041693

Vincent DUCLERT

Historien de la France contemporaine et de l'Europe politique, Vincent Duclert, est professeur agrégé à Sciences Po et directeur du Centre d'études sociologiques et politiques Raymond-Aron (EHESS-CNRS). Il a publiéLa République imaginée, 1870-1914 (Belin, 2010) et dirigéServiteurs de l’État (avec M. O. Baruch, La Découverte, 2000), le Dictionnaire critique de la République (avec C. Prochasson, Flammarion, 2002 et 2007) et Le Gouvernement de la recherche (avec A. Chatriot, La Découverte, 2006).

Table des matières

Introduction
I / La France, l'armée et les juifs

Une France « politique »
L'« arche sainte » de la nation
La Section de statistique
L'antisémitisme, ou l'envers d'une nation républicaine
« Haute trahison »
L'ambivalence allemande
Condamné et dégradé (19 décembre 1894-5 janvier 1895)
L'îLe du Diable
Un tournant idéologique et politique
II / Les mécanismes d'une culpabilité
Les « dreyfusards de la veille »
Le « bordereau » : vrai document, fausse preuve
La fabrication d'un coupable
Un procès illégal
L'Affaire sans Esterhazy
III / Raison d'État et République parlementaire (1895-1897)
Bernard Lazare à la tête du « Syndicat »
Picquart à la tête de la Section : 1er juillet 1895
Une enquête menaçante (5 août-11 septembre 1896)
L'impossible étouffement (11 septembre-26 octobre 1896)
Les « faux Henry » (30 octobre-2 novembre 1896)
Picqart entre l'état-major et les dreyfusards
L'engagement d'Auguste Scheurer-Kestner
L'intoxication de l'état-major
Un échec politique (novembre 1897)
IV / « La vérité est en marche » (octobre 1897-août 1898)
Les regroupements dreyfusard de l'automne 1897
Les dreyfusards devant Esterhazy
L'acquittement d'Esterhazy (11 janvier 1898)
Changement de stratégie. Les intellectuels dans l'Affaire
« J'accuse ! » (13 janvier 1898)
Le procès Zola (7-23 février 1898)
L'impossible liquidation
Cavaignac au ministère de la Guerre. Le tournant
V / La France et la révision (septembre 1898-septembre 1899)
Le gouvernement Brisson devant la révision (septembre 1898)
La loi contre le droit
L'affaire Dreyfus au coeur du politique
L'arrêt du 3 juin 1899
La révision proclamée
La victoire de Waldeck-Rousseau
L'affaire Dreyfus et la Défense républicaine
Le procès de Rennes (août-septembre 1899)
Le verdict, la grâce, la liberté
L'amnistie comme pensée politique
VI / Politique, État et pouvoirs devant l'Affaire
Éclatement et rénovation des forces politiques
La mutation intellectuelle du socialisme
La transformation du personnel politique
Une politique dreyfusienne
La démission gouvernementale
Rationalités, responsabilités et culpabilités militaires
La marche de la justice
Science et savants dans l'Affaire
Une trilogie civique : biologistes, historiens, sociologues
La politique dans la cité
VII / La « ligne dreyfusarde » : dreyfusards, dreyfusisme et intellectuels
Le capitaine Dreyfus et les siens
Dreyfusards, dreyfusistes et dreyfusiens
De la cause dreyfusarde à l'engagement dreyfusiste
La planète dreyfusarde
La Ligue des droits de l'homme
Le dreyfusisme. Entre République, socialisme et libertés
Naissance des intellectuels, histoire intellectuelle
Les dreyfusards devant la mort, la rupture et l'oubli
VIII / Les antidreyfusards, la France et l'étranger
La dimension antidreyfusarde dans l'Affaire
Le socle antisémite, nationaliste et autoritaire
L'engagement antidreyfusard
La France antidreyfusarde
1899. Le reflux antidreyfusard, l'échec antidreyfusiste
Les racines de l'extrême droite
Les élites en France. Du conservatisme à la République
« Ils n'en ont pas parlé ! »
Usages sociaux et pratiques culturelles de l'Affaire
L'étranger et l'affaire Dreyfus
IX / La réhabilitation du capitaine Dreyfus (1902-1906)
La recherche du fait nouveau
La question nationaliste
Un discours de Jaurès, 6-7 avril 1903
Le choix du gouvernement
Une procédure lente et difficile
Une vérité sur l'Affaire
Réhabilitation, réparation, honneur
Une victoire fragile
X / L'affaire dans l'histoire et au présent
L'affaire Dreyfus, ou l'histoire
Mémoire et modernité de l'événement
D'un centenaire à l'autre (1994-1998)
2006, « année Dreyfus »
Une décennie perdue ?
Sources et bibliographie
Chronologie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites