L'économie postkeynésienne

Marc LAVOIE

L’économie postkeynésienne veut être une alternative à la pensée économique dominante. Les théories macroéconomiques qui découlent des hypothèses plus réalistes des postkeynésiens ont des implications de politiques économiques radicalement différentes de celles qui s’inspirent des postulats néoclassiques habituels : un accroissement de la demande n’engendre pas nécessairement la hausse des prix ; la hausse du salaire minimum ou du salaire réel ne provoque pas la hausse du chômage ; cette même hausse du salaire réel n’entraîne pas fatalement la baisse du taux de profit des entreprises ; la baisse des taux d’épargne ne déclenche pas la chute de l’investissement, le ralentissement de la croissance, ou la hausse des taux d’intérêt ; la flexibilité des prix ne ramène pas nécessairement l’économie vers l’équilibre optimum, etc. À l’instar de Keynes, les postkeynésiens croient que le capitalisme est un système économique efficace, à la condition qu’il soit encadré beaucoup plus strictement que ne le suggère la pensée dominante.

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°384
Parution : mars 2004
ISBN : 9782707142665
Nb de pages : 128
Dimensions : 110 * 180 mm
Façonnage : Broché

Marc LAVOIE

Marc Lavoie est professeur titulaire au département d’économie de l’université d’Ottawa (Canada). Il a été professeur invité aux universités de Bordeaux-I , Nice-Sophia-Antipolis, Rennes-I, Bourgogne, Grenoble (PMF), Limoges et Paris-XIII. Il est considéré comme l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de l’économie postkeynésienne, thème auquel il a consacré plusieurs ouvrages et de nombreux articles publiés dans les revues scientifiques internationales.

Extraits presse

« Ce livre est salutaire et apporte un peu d'air frais dans une réflexion économique de plus en plus dominée par la micro-économie analytique de la rationnalité individuelle. »
ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES

PRESSE

 

Table des matières

Introduction - Une nouvelle théorie alternative - Un antidote à la « pensée unique » - Pour une économie post-autiste - I / L’hétérodoxie postkeynésienne - 1. Qui sont les postkeynésiens ? - 2. Les caractéristiques des écoles hétérodoxes - Les cinq couples de présupposés - Réalisme et instrumentalisme - Holisme et individualisme méthodologique - Rationalités raisonnable et absolue - Production et rareté - Le présupposé politique : l’attitude face aux marchés - 3. Les éléments postkeynésiens essentiels - Le principe de la demande effective - Le temps historique dynamique - Les éléments postkeynésiens auxiliaires - L’incertitude radicale - 4. Les diverses tendances de l’école postkeynésienne - Le pluralisme des idées et des méthodes - Fondamentalistes, sraffiens et kaleckiens - Quels courants exclure ou privilégier ? - Encadrés : Les postkeynésiens en Angleterre – Un prix Nobel postkeynésien ? - Postkeynésiens ou nouveaux keynésiens -II / Une microéconomie hétérodoxe - 1. La théorie du choix du consommateur - Sept principes régissant le consommateur - Implications pour la théorie et la politique économiques - Implications pour les études environnementales - 2. Marchés oligopolistiques et objectifs des entreprises - Caractéristiques de l’entreprise postkeynésienne - Pouvoir et croissance - Le principe du risque croissant de Kalecki - La frontière d’expansion - La frontière financière - La confrontation des deux frontières - 3. La forme des courbes de coût - Faits stylisés - Les réserves de capacité - 4. Les procédures de fixation des prix - La méthode du mark-up - La méthode du coût de revient normal - La méthode du taux de rendement cible - 5. Les déterminants de la marge bénéficiaire - Des prix fondés sur les calculs de coût sont-ils entièrement réalistes ? - Entreprises directrices et dominées - Les déterminants du taux de rendement cible - Des déterminants compatibles les uns avec les autres- 6. Conséquences pour la théorie macroéconomique -Encadrés : Les postkeynésiens et l’ordre de nature lexicographique - René Roy : premier théoricien de l’approche postkeynésienne de la consommation - Les choix lexicographiques en économie environnementale - Jean Anouilh : un fin connaisseur des choix lexicographiques - La forme des courbes de coût des entreprises postkeynésiennes - Les questions posées pour connaître le taux d’utilisation de la capacité - Formalisation des procédures de fixation des prix -III / Une macroéconomie du circuit monétaire - 1. Principales caractéristiques de l’analyse monétaire postkeynésienne - Les causalités inversées - Économies d’endettement et économies d’actifs - Des taux d’intérêt exogènes - 2. Les relations entre banque centrale et banques privées - Le cas des économies d’endettement - Le cas des économies d’actifs - Le cas des économies ouvertes - La fonction de réaction de la banque centrale - 3. Les relations entre les banques et les entreprises - Financements initial et final - Les lignes de crédit - Le rationnement du crédit - La préférence pour la liquidité des banques - La thèse de la fragilité financière et le paradoxe de la tranquillité - 4. Une vue systémique de l’économie monétaire - Les principes d’une analyse monétaire systémique - Bilans sectoriels et flux financiers - Intégration des flux des comptes nationaux avec les flux financiers - Ressources et emplois - La création monétaire - Principes de comptabilité de quadruple écriture - Le rôle de la matrice des flux d’opération dans la modélisation - Quelques leçons tirées de l’analyse systémique - Encadré : Le rationnement du crédit bancaire -IV / La courte période : demande effective et marché du travail - Courte et longue périodes - 1. Les composantes de la demande effective - Composantes autonomes et induites - La détermination macroéconomique des profits - La causalité de la relation de Kalecki - 2. Le modèle des kaleckiens - Keynes ou Kalecki ? - La fonction d’utilisation - Le paradoxe kaleckien des coûts - L’impact de la hausse de la dépense autonome réelle - 3. Extensions du modèle kaleckien - Un cas d’équilibres multiples - Les effets pervers des forces du marché - La question du chômage technologique - La question du partage du travail - Encadrés : La négation de l’effet d’éviction - L’équation des profits formalisée - L’équation de demande globale - Une équation des profits alternative - La formalisation du modèle kaleckien -Le paradoxe de l’épargne et le paradoxe des coûts avec l’équation de Cambridge - Chômage technologique, fixation des prix, et demande autonome réelle - V / La longue période : anciens et nouveaux modèles de croissance - 1. Les anciens modèles postkeynésiens - La relation de Cambridge - La relation en forme de banane - Le paradoxe de l’épargne retrouvé - La loi d’airain - 2. Les nouveaux modèles kaleckiens - Le modèle kaleckien schématisé - Le paradoxe des coûts - 3. Extensions et objections au modèle kaleckien - Taux de croissance naturel et demande effective - La loi de Verdoorn - Variantes de la fonction d’investissement et antagonismes sociaux - La contrainte de la balance des paiements - La question de l’inflation - Keynésien dans le court terme, classique à long terme ? - Encadrés : La décomposition du taux de profit - Le modèle kaleckien en équations - Le rôle des marchés financiers -VI / Conclusion générale - Repères bibliographiques.

Droits étrangers

Post-Keynesian economy




Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites