L'économie des logiciels

François HORN

Pourquoi une activité aussi innovante que la production des logiciels, suscite-t-elle le mécontentement permanent des utilisateurs ? Pourquoi ces produits de haute technologie comportent-ils autant de défauts ? Comment expliquer la coexistence dans ce secteur de très grandes entreprises dont la position sur le marché semble incontestable et une myriade de petites entreprises parmi lesquelles certaines réussissent rapidement à jouer un rôle majeur ? Comment se fait-il que les logiciels soient souvent appropriés illégalement, tout en étant une activité qui engendre des taux de profit sans précédent ? Comment expliquer que la production des logiciels qui a permis de bâtir les plus grandes fortunes à la fin du vingtième siècle, soit simultanément le siège d'une intense activité désintéressée comme le montre le développement des logiciels libres ? L’économie des logiciels est un monde de contrastes et de paradoxes que ce livre rigoureux et accessible analyse en répondant notamment à ces questions.

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°381
Parution : janvier 2004
ISBN : 9782707138446
Nb de pages : 128
Dimensions : 110 * 180 mm
Façonnage : Broché

François HORN

François Horn, maître de conférences en économie, est détaché au CNRS (CLERSE-IFRESI). Il enseigne l’économie et l’informatique à l’université Lille-III. Ses recherches portent sur l’économie des logiciels et des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Extraits presse

« Le pari de cet excellent petit livre est de décrire les contours d'un monde comprexe en perpétuel renouvellement, mais surtout de répondre à des questions [...]. Un ouvrage d'initiation écrit avec pédagogie, qui intéressera aussi les lecteurs les plus avertis. »
LES ÉCHOS

« Les pistes de réflexion et les ébauches de réponse apportées dans ces pages sont de première qualité. »
01 INFORMATIQUE

« Usant d'un ton posé, d'une approche pédagogique, d'une multitude de références théoriques et concrètes, l'auteur porte un regard critique sur cette économie des logiciels, dont il met en lumière des contrastes, tels que la coexistence de grands éditeurs quasi monopolistiques avec de nombreuses minuscules entreprises. »
TEMPS

PRESSE

 

Table des matières

Introduction - I. Les logiciels : des produits « insaisissables » ? - 1. Qu’est-ce qu’un logiciel ? - Un objet frontière entre le monde humain et le monde machinique - Un logiciel est un texte numérique actif - Un objet de plus en plus complexe - 2. Une profusion d’innovations et une instabilité technologique permanente - La jeunesse de l’économie des logiciels - La fréquence des innovations majeures - Un flux continu d’innovations incrémentales - Une instabilité technologique permanente - 3. Les logiciels entre les biens et les services - 4. Les progiciels : des biens partiellement collectifs ? - Encadré I : La protection juridique des logiciels : entre brevets et droits d’auteur - II. L’importance croissante des logiciels : la « logicialisation » de l’activité économique et sociale - 1. Le rôle croissant des technologies de l’information et de la communication - Une économie de plus en plus fondée sur l’information et les connaissances - Le rôle majeur des technologies de l’information et de la communication dans cette évolution -2. L’aspect essentiel des logiciels au sein des technologies de l’information et de la communication -La forte croissance de l’économie des logiciels - Encadré II : Une contribution plus faible des logiciels à l’économie française qu’à l’économie américaine ? - L’importance grandissante des logiciels dans l’histoire de l’informatique - Le rôle déterminant des logiciels dans de multiples domaines - III. Les paradoxes de l’économie des logiciels - 1. Une amélioration jugée insuffisante de la productivité dans la production des logiciels face à l’évolution de la demande - La croissance de la productivité mesurée par des indicateurs techniques - La croissance de la productivité mesurée par des indicateurs économiques - 2. La qualité décevante des logiciels - Une conséquence des spécificités des logiciels…- …Mais également une conséquence des conditions socio-économiques de leur production - Des progrès toutefois insuffisants par rapport à l’évolution des besoins - Encadré III : Le paradoxe de Solow - IV. La diversification croissante de l’économie des logiciels - 1. La diversification des produits et des utilisateurs - 2. La diversification des producteurs - « Faire » ou « faire faire » ? - Concentration permanente et création incessante de nouvelles entreprises sur de nouveaux segments - Encadré IV : Rendements croissants d’adoption, externalités de réseaux et processus d’autorenforcement - Des tendances apparemment contradictoires à la spécialisation et à la diversification - V. L’économie des logiciels : quatre « mondes de production » différents - 1. Les mondes de production - Encadré V : Les mondes de production de Salais et Storper - 2. Le monde interpersonnel des logiciels sur mesure - 3. Le monde fordiste des progiciels commerciaux - La nécessité d’un développement très rapide au détriment de la qualité - Encadré VI : Pourquoi une solution technique peut ne pas être optimale et malgré tout perdurer ? - Des performances contrastées - L’irrésistible domination de Microsoft ? - 4. Le monde de la création des logiciels libres - L’originalité des logiciels libres - Les motivations pour développer des logiciels libres - Des qualités spécifiques en raison du mode de développement adopté - 5. Le monde de la production flexible des logiciels -Des logiciels standard accompagnés de services sur mesure - Des logiciels sur mesure à partir de composants standardisés - 6. Une explication des différences entre les États-Unis, le Japon et l’Europe - Encadré VII : La mesure des échanges extérieurs de logiciels - 7. Une situation modifiée par le développement des logiciels libres ? - L’importance du soutien de certaines entreprises informatiques… - … Qui peut aller jusqu’à la contribution au développement des logiciels libres -Les limites des contributions des entreprises - Les contributions spontanées d’autres acteurs que les entreprises - Conclusion : Le rôle des pouvoirs publics - Repères bibliographiques.

Droits étrangers

Software Economy




Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites