Les nouveautés de février 2019

Les Repères servent à comprendre le monde, son passé, mais aussi son actualité, comme nous pouvons aisément le vérifier pour cette dernière livraison.

En premier lieu, le mouvement des « gilets jaunes ». Il a surpris sur de nombreux plans. Parmi les manifestations non anticipées de cette protestation collective, il y a la critique, parfois violente, des médias, désormais concurrencés par des réseaux sociaux contaminés par les « fake news » et le complotisme. À l'ère du smartphone, tout est filmé et retransmis en direct. Aucune médiation ni mise en forme ne semble plus nécessaire. L'absence de contextualisation et de mise en perspective conduit à un degré de réflexivité quasi nul. L'instantanéité sollicite les affects, court-circuite la pensée. De quoi déstabiliser toute une profession, celle des journalistes. Car il s'agit d'un métier, qui exige, ou devrait exiger, une grande capacité d'auto-analyse et de distanciation, au service de la plus grande objectivité possible. Mais des conditions d'exercice de plus en plus difficiles menacent l'indépendance et privent tout simplement du temps requis par un travail d'enquête rigoureux, visant à établir des faits. Si le scandale de la « ligue du LOL » rappelle que les journalistes devraient respecter une déontologie, ils ont aussi besoin d'une sociologie de leur profession. Grâce à Repères, il en existe une, riche d'enseignements et très accessible, Sociologie du journalisme, d'Erik Neveu.

À proximité du journalisme se trouvent les industries culturelles. L'actualité nous est ici fournie par l'affaire « Roma ». Ce film réalisé par Alfonso Cuarón a été refusé au festival de Cannes parce qu'il n'était pas diffusé dans les salles en France. Or il vient d'obtenir trois Oscars. Cela illustre la montée en puissance extrêmement rapide de Netflix et la révolution en cours dans ce secteur, qu'il s'agisse du cinéma ou de la télévision. Netflix a annoncé 84 films en 2018, loin devant les autres producteurs. La régulation a pris beaucoup de retard et la défense d'une relative indépendance culturelle se trouve fragilisée. Nous en sommes déjà à la troisième édition de ce Repères sur l'économie des industries culturelles, qu'Alain Le Diberder et Philippe Chantepie ont entièrement refondue : c'est bien la preuve que, dans ce domaine, tout change très vite.

Netflix produit des séries. L'une d'elles sera peut-être consacrée au Brexit. Les personnages principaux manquent un peu de relief, mais il existe un suspense. Cet épisode confirme que l'Europe n'est pas en excellente santé, manifestement enlisée au milieu du gué, alors que l'horizon s'assombrit. Là aussi, l'évolution rapide de la conjoncture impose une remise à jour constante des connaissances et des analyses. C'est pourquoi, en partenariat avec l'OFCE, nous consacrons désormais aux enjeux européens et à l'économie européenne un Repères annuel.

Quand tout s'accélère, il faut des repères.

Pascal Combemale, directeur de la collection Repères

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites