Les nouveautés Repères de janvier 2019

Le lancement de la Ford T en 1908 a inauguré une nouvelle phase de la dynamique du capitalisme, celle de la production de masse de biens d'équipement des ménages. L'automobile est le fait social total de cette période, qu'il s'agisse de sa fabrication dans de gigantesques usines taylorisées par des salariés asservis au travail à la chaîne, immortalisé par Chaplin dans Les Temps modernes ; ou de la révolution des modes de vie qu'elle permet, à commencer par l'extension des banlieues et la prolifération des centres commerciaux.

Désormais, le fordisme semble appartenir au passé, du moins dans les pays les plus avancés. Certes, l'automobile reste le support d'une consommation ostentatoire dont le meilleur exemple est la présence encombrante de 4x4 et autres « SUV » dans les villes, là où la probabilité de rencontrer malencontreusement un rhinocéros est pourtant faible. Mais, pour l'élite nomade habituée aux aéroports, qui, entre deux avions, se déplace en trottinette pour sauver la planète, la « bagnole », en attendant qu'elle devienne autonome, ne présente aucun intérêt particulier.

Si de telles personnes connaissent éventuellement la Thunderbird de Sailor and Lula, elles ne pouvaient comprendre, il y a quelques mois encore, que « Repères » prenne le risque de publier une sociologie de l'automobile. La prolifération des ronds-points aurait pourtant dû la convaincre que c'était toujours un sujet qui méritait un minimum d'attention. Le mouvement des « gilets jaunes » est venu valider bruyamment cette intuition éditoriale. Le cocktail composé d'une limitation de vitesse, d'une réforme du contrôle technique et d'une hausse de la fiscalité sur les carburants n'a probablement pas été conçu par le membre d'un automobile club...

Des « gilets jaunes » qui s'inquiètent également de leur pouvoir d'achat quand on s'emploie à les convaincre qu'il a augmenté. Faudrait-il douter de son calcul à partir des indicateurs officiels ? Sachant que celui-ci dépend de l'indice des prix à la consommation, dont l'histoire montre qu'il n'est pas un simple instrument construit par des techniciens, un autre « Repères » s'imposait. Nous n'avons pas hésité, d'autant que L'Indice des prix fut, en 1983, l'un des premiers titres de la collection, écrit par le regretté Jean-Paul Piriou.

La déduction est limpide : pour anticiper les événements, il faut s'abonner à « Repères ».

 

Pascal Combemale, directeur de la Collection Repères

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites