Repères et Mai 68

Mai 68 a donné lieu à de multiples interprétations, souvent conflictuelles, dont la plupart sont des lectures orientées, engagées, de l'évènement. La commémoration a été l'occasion d'une nouvelle salve dans les librairies. Et la tentation semble grande de vouloir rejouer la pièce dans la rue.
Comme si l'avertissement de Marx n'était pas connu : « Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d'ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce. »

Quel est le statut d'un Repères sur un sujet aussi « chaud » ? Il est tentant de répondre : de le refroidir. Pour ceux qui veulent prendre un peu de recul, indispensable pour voir le panorama dans son ensemble, sans œillères.

Le Mai 68 de Boris Gobille est une nouvelle édition et non un livre de commande, suscité par la conjoncture. Il a déjà rencontré un large public et est devenu une référence, en particulier pour les étudiants.
Il s'agit d'une très bonne illustration de ce que l'on attend d'un Repères. Son auteur est un chercheur reconnu. Il réussit l'exploit de synthétiser une immense bibliographie sans que le souci de rigueur et d'exhaustivité nuise à l'agrément du style. C'est un ouvrage qui sert à s'instruire et à comprendre, mais qui procure aussi un plaisir de lecture.
Donc une réussite conforme à la charte Repères.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites