Sociologie historique du politique

Yves DÉLOYE

Quels sont les facteurs et les processus qui ont déterminé le succès de l’État moderne comme forme de domination politique ? Qu’est-ce qu’une nation ? Comment la conscience d’appartenir à cette « communauté imaginaire » que constitue l’État-nation a-t-elle émergé en Europe ? Comment les Français sont-ils devenus des électeurs ? Quel est le sens de l’acte de voter aujourd'hui ? Quels sont les différents visages de la politisation ? Quelle est la pertinence contemporaine des clivages électoraux nés dans le passé ? À l’ensemble de ces questions, la sociologie historique du politique apporte des réponses fondées sur une conviction intellectuelle forte : seule la prise en compte du passé des relations sociales et politiques permet de comprendre l’histoire présente. En redécouvrant l’histoire, la sociologie historique du politique (qui s’est structurée à partir des travaux de Max Weber, Norbert Elias, Charles Tilly…) entend construire une histoire sociale du politique pour dégager les dynamiques qui donnent sens et cohérence à la vie politique ; elle entend aussi édifier une histoire politique du social apte à identifier l’empreinte profonde du politique sur le social.

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°209
Parution : avril 2007
ISBN : 9782707152015
Nb de pages : 128
Dimensions : 110 * 180 mm
Façonnage : Broché

Yves DÉLOYE

Yves Déloye, professeur de science politique à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut universitaire de France (2000-2005), est actuellement secrétaire général de l’Association française de science politique. Spécialiste de sociologie historique, il poursuit aussi des recherches sur les transformations des modèles d’appartenances civiques en Europe. Il vient de publier, aux éditions Fayard, Les Voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote (XIXe-XXe siècles).

Table des matières

Introduction - I / Méthode historique et science du politique - Entre histoire et sociologie, la question du politique - L’histoire politique en France : une discipline fondatrice - De la contingence historique à la régularité sociologique - Une conjoncture intellectuelle nouvelle - Le tournant politique de l’histoire - Le tournant historique de la science politique - Principes d’une sociologie historique du politique - L’histoire longue du politique - Enjeux épistémologiques - L’objet de la sociologie historique du politique -II / Genèse(s) de l’État moderne - Patrimonialisation et dépatrimonialisation du pouvoir - Aux origines de l’État moderne : la féodalité - La « dynamique de l’Occident » - Centralisation et concentration du pouvoir - La « logique de l’État » - La grammaire de l’État moderne - Étatisation et naissance de l’homme moderne - L’intimité de l’État - Pour une lecture anthropologique de l’État moderne -III / Citoyenneté et identité nationales - Qu’est-ce qu’une nation ? - La construction nationale - L’imaginaire national -Citoyenneté et sécularisation : conflits et trajectoires - L’émergence de la citoyenneté -La situation américaine : citizenship et religion civile - La situation française : citoyenneté et laïcité - Citoyenneté et assimilation nationale - Citoyenneté et allégeance à l’État-nation - Le compatriote et l’étranger - IV / Sociologie historique de la civilisation électorale - Les chemins de la politisation - Le débat historiographique - Le « miroir brisé » de la politisation - Vers une compétition démocratique, différenciée et spécialisée - Les formes de la compétition électorale - Se faire élire - Les moeurs électorales - Le rituel électoral - Vote et forclusion de la violence -La sagesse civique - Conclusion / Le détour par le passé - Repères bibliographiques - Index.