Sociologie du tourisme

Saskia COUSIN, Bertrand RÉAU

Qu’est-ce que le tourisme ? Comment penser ensemble les dimensions sociales, culturelles et politiques de ce « fait social total » ? Né au XVIIe siècle avec le Grand Tour aristocratique, ce phénomène touche aujourd’hui toutes les sociétés. Plébiscité comme outil de développement économique, dénoncé comme un nouveau colonialisme, le tourisme est un enjeu de politique locale en même temps qu’un facteur déterminant de la globalisation. Le tourisme est en perpétuelle croissance, les nouveaux touristes se comptent chaque année par millions, mais près de 40 % des Français ne partent pas en vacances. Les mobilités de loisirs sont donc à la fois un facteur de démocratisation et un révélateur des inégalités.
Croisant les apports de la sociologie et de l’anthropologie, cette nouvelle édition scrute les effets de la révolution numérique sur les pratiques, les marchés et les métiers. Elle propose également de repenser les méthodes d’enquête pour observer les circulations touristiques et la diversité des pratiques, des expériences et des motivations.

Version papier : 10 €
Version numérique : 9,99 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°535
Parution : octobre 2016
ISBN : 9782707191144
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm
ISBN numérique : 9782707193414

Saskia COUSIN

Saskia Cousin, anthropologue, est maîtresse de conférences à l’université Paris Descartes, chercheuse au Centre d'anthropologie culturelle et sociale (CANTHEL) et membre de l'Institut universitaire de France. Elle est notamment l'auteure de Les miroirs du tourisme (Descartes & Cie, 2011).

Bertrand RÉAU

Bertrand Réau, sociologue,est maître de conférences à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, chercheur au Centre européen de sociologie et de science politique - Centre de sociologie européenne (CNRS-EHESS). Il a notamment publiéLes Français et les vacances (Éditions du CNRS, 2011) et de Sociologie de Charles Wright Mills (avec François Denord, La Découverte, « Repères », 2014).

Extraits presse

Étonnant : cet ouvrage nous révèle que l’intérêt des sociologues pour le tourisme est relativement récent. S’appuyant sur les travaux parus ces dernières années, les auteurs réussissent à brosser un tableau général avec clarté.

Michel Doussod - Le Routard

 

Longtemps négligé par les chercheurs en sciences sociales pour sa supposée frivolité, le tourisme représente pourtant un révélateur de bien des aspects de nos sociétés contemporaines. C'est ce que montrent les auteurs de ce nouveau "Repères", qui battent au passage en brèche certaines idées reçues répandues sur le phénomène. Contre les zélateurs de la démocratisation, ils rappellent par exemple comment le tourisme est né et reste une activité distinctive, où se reproduisent les inégalités socio-économiques.
De même, la question des retombées positives pour les pays en développement est loin d'être évidente. Car, du point de vue économique, le secteur semble à l'avant-garde de la mondialisation: dominé par une poignée de firmes multinationales qui sous-traitent localement la concrétisation des prestations, la saisonnalité de ses activités en fait également un vivier d'emplois précaires. Cela n'empêche cependant pas le tourisme d'être l'enjeu de luttes politiques importantes pour la définition de ses formes légitimes, mais aussi d'instrumentalisations locales aux effets contrastés. Au final, une synthèse relativement complète de la question, qui permet, au-delà de son objet, d'interroger l'idéologie de la mobilité devenue aujourd'hui dominante.

01/10/2009 - Igor Martinache - Alternatives économiques

 

Le premier ouvrage de la collection Repères consacré au tourisme s'intitule Sociologie du tourisme et témoigne de l'émergence d'un regard sociologique sur un objet qui était, « jusqu'au début des années 2000, le monopole quasi-exclusif des géographes et des économistes » (p.4). Les auteurs ont participé de près au développement de ce domaine de recherche : Saskia Cousin, anthropologue et maîtresse de conférences à l'IUT de Tours, a consacré sa thèse aux « usages et enjeux des politiques de tourisme culturel », Bertrand Réau, sociologue et maître de conférences à l'Université Paris I, a soutenu une thèse sur « l'univers des villages de vacances » ; ils organisent en outre à l'EHESS le séminaire « Tourisme, recherche, institutions, pratiques ». En introduction, les auteurs nous invitent à comparer le voyage organisé des Bidochon, le récit par Stendhal de son séjour à Florence (dans ses Mémoires d'un touriste), et l'image d'un homme d'affaires dans une publicité pour une compagnie aérienne. Ces représentations très contrastées illustrent la diversité de situations que recouvre la définition très large du tourisme selon l'Organisation Mondiale du tourisme (OMT). Les auteurs se proposent ici d'appréhender le tourisme comme un « fait social total » afin d'en éclairer les enjeux politiques, sociaux, culturels, et de distinguer plus précisément « les pratiques et motivations des touristes », les « marchés et les métiers du tourisme ».

24/01/2010 - Olivier Vanhée - Lectures

 

Le tourisme est une invention britannique, rappelle cet ouvrage qui offre un condensé des recherches sociologiques sur le sujet. Le terme « tourisme » apparaît au XIXe siècle, mais ses origines remontent à la Renaissance. Les jeunes nobles anglais effectuaient alors leur « grand tour » constitué de passages obligés sur les sites de ruines antiques. L’explosion du tourisme aux XIXe et XXe siècles est analysée et illustrée au moyen de nombreuses statistiques. Passant en revue les différentes politiques de l’Etat en France, l’ouvrage garde une perspective comparative et internationale, s’intéressant à d’autres pays d’Europe mais aussi d’Asie. Tous les types de tourisme sont abordés, du séjour pour affaires aux pérégrinations d’ordre sexuel en passant par les initiatives associatives sociales ou encore les clubs de vacances.
Les auteurs se gardent de toute naïveté : ils soulignent par exemple combien les activités touristiques s’attachent souvent à masquer leur aspect commercial pour insister sur l’aspect détente et rencontre. Ils montrent également les ambiguïtés du tourisme solidaire quand les motivations généreuses de voyageurs aisés ne rencontrent pas forcément celles de populations pauvres. Il reste que partout où il passe, le tourisme change le visage des sociétés qu’il traverse. Celles-ci peuvent subir une certaine forme de domination ou au contraire l’utiliser comme un moyen d’affirmation culturelle, économique ou politique.

05/11/2009 - Benoît Richard - Sciences humaines

 

Table des matières

Introduction : Un nouvel objet pour les sciences sociales
I / Genèses
Une invention britannique
Le Grand Tour - La station
Nouvelles temporalités et révolution des transports
Le rôle des élites locales dans l’invention du tourisme
Les sociétés savantes et le façonnage des « beautés de la Nation » - Les Alpes ou l’organisation institutionnelle du tourisme
La politisation du tourisme par le Touring Club de France
De l’association de cyclistes au lobby - Un projet de société
II / Observer, compter et classer
Le système statistique institutionnel
Petite histoire de la statistique à la française
Les catégories statistiques internationales
Une grande hétérogénéité des définitions et des enquêtes internationales - Les limites de l’approche statistique
Étudier les mobiltiés, un défi pluridisplinaire
Les données massives, un nouveau continent pour la recherche - Un retour inattendu des sciences sociales
III / La différenciation des pratiques
Partir en vacances : le creusement des écarts entre les classes sociales
« Massification » et inégalités - Niveaux de revenu, temps disponible et catégories sociales - La retraite : des grandes vacances ? - Destinations et types d’hébergements
Les fonctions éducatives du voyage
Le voyage des élites cosmopolites - Les séjours des couches supérieures du salariat - Les vacances des classes populaires
Les nouvelles formes du tourisme. De la quête de l’autre à la rencontre avec soi
Nouvelles authenticités - Mythologies de la rencontre - Malentendus touristiques et échanges professionnels - Eros et Thanatos - Retour à soi : tourisme des racines, quête généalogique, développement personnel
Les touristes non occidentaux : la quête de modernité
La quête de la modernité
IV / Les marchés du tourisme
Un développement artisanal
Du Club Méditerranée à Nouvelles Frontières
L’industrialisation du tourisme
La production de l’offre touristique : le rôle des collectivités locales
Une interpénétration du public et du privé
Emploi et conditions d’emploi
La naissance des métiers du tourisme - Comment travailler en vacances ? - Combien d’emplois ? - Types de main-d’œuvre et tourisme international
V / Un enjeu politique
Le tourisme, un outil politique d’État ?
Le tourisme colonial : magnifier l’œuvre de la France et séduire les colons - Encadrer le temps libre des classes populaires - La stratégie globale des loisirs - Le tourisme comme infrastructure : le cas de l’aménagement du Languedoc - Le rôle de l’État français : des vacances des Français à l'accueil des touristes internationaux - La politique touristique chinoise au service des « trois cultures » - La fiction au service du politique
Un enjeu de pouvoir ambivalent
De la Touraine… - … à Bali, en passant par le pays Dogon
VI / Mondialisations
Une mobilité mondialisante
Le touriste, métaphore de l’individu mobile et mondialisé - Une vision idyllique de la mobilité ?
Destinations globales
De Dubaï… - … au tourisme virtuel
L’Unesco, le patrimoine mondial et le tourisme culturel
Une doctrine mondiale contre les effets négatifs du tourisme international - Le tourisme culturel et la libéralisation des services - Le tourisme durable, nouvelle instance de légitimation ?
Conclusion / Une histoire de pouvoir
Une démocratisation non aboutie
L’enchantement du monde touristique
Le tourisme, un outil politique
Le tourisme, un grand récit
Repères bibliographiques.

Droits étrangers

SOCIOLOGY OF TOURISM




Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com