Les sciences économiques et sociales
Histoire, enseignement, concours

Marjorie GALY, Erwan LE NADER, Pascal COMBEMALE

Croissance et développement, mondialisation, politiques économiques et sociales, emploi et chômage, diversité des cultures, socialisation, inégalités, mobilité sociale, etc. : voilà cinquante ans que les sciences économiques et sociales (SES) forment les lycéens de la « série ES » du baccalauréat général à mieux appréhender le monde dans lequel ils vivent. Cette discipline scolaire originale contribue à la construction de la citoyenneté et de l’esprit critique, grâce aux apports de différentes sciences sociales, l’économie et la sociologie principalement.
Cet ouvrage explore les dimensions historique, épistémologique, didactique et pédagogique des SES, considérées comme autant de facettes solidaires du même projet. Le lecteur y trouvera de nombreux éléments sur la genèse de la discipline, ses controverses (quant aux contenus, finalités et méthodes d’enseignement, ou quant à sa place dans le système éducatif), mais aussi une pluralité de réflexions, appuyées sur des travaux d’élèves et des séquences pédagogiques d’enseignants, quant à la manière de conduire les apprentissages et de les évaluer.

Version papier : 22 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Grands Repères Manuels
Parution : mai 2015
ISBN : 9782707186324
Nb de pages : 304
Dimensions : 135 * 220 mm

Marjorie GALY

Erwan LE NADER

Pascal COMBEMALE

Pascal Combemale est professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires au lycée Henry IV. Il a dirigé le Nouveau manuel de sciences économiques et sociales (La Découverte, 4eédition, 2007) et Les grande quesions économiques et sociale (La Découverte, "Grands Repères", 2009). Il est également l'auteur de Introduction à Marx (La Découverte, "Repères", nouvelle édition, 2010).

Extraits presse

La réflexion sur les techniques pédagogiques tient une place centrale dans l'ouvrage : comment intéresser des jeunes de 15 à 18 ans aux questions économiques ? Mais entre la préface de Stéphane Beaud et Thomas Piketty, le témoignage personnel de Pascal Combemale et les chapitres consacrés à la naissance, à l'histoire et aux débats qui entourent la série ES, le questionnement s'élargit vers une question clé : qu'est-ce qu'une bonne science économique ?

La filière est née en 1966, au croisement de l'histoire, de l'économie et de la sociologie. Dès le départ, ses promoteurs ont montré qu'une approche unitaire des sciences sociales est possible, formatrice et intellectuellement fructueuse. Avec un enseignement destiné à comprendre les évolutions du monde, à confronter les idées, à développer une rigueur d'analyse, le tout au service de la construction d'un esprit critique autonome.

Autant d'innovations ne pouvaient que déranger. La filière a subi de multiples attaques, du Medef aux économistes distingués, dont celle de 2010 a contribué à la rapprocher des méthodes plus traditionnelles et plus étroites de la "science" économique officielle. C'est une "disqualification de la formation à l'esprit critique" pour Beaud et Piketty, la remise au pas d'une "discipline indisciplinée" selon la belle formule de Combemale. Heureusement, beaucoup d'enseignants conservent dans le quotidien de leur classe l'esprit d'innovation des débuts par un pluralisme critique au service de notre démocratie.

01/07/2015 - Christian Chavagneux - Alternatives économiques

 

Table des matières

Préface, par Stéphane Beaud et Thomas Piketty
Les SES : une discipline presque cinquantenaire…
… mais une discipline sans cesse menacée
Une audace pédagogique qui résiste à l’air du temps
Un enseignement plus que jamais nécessaire au lycée
Quelles « sciences économiques et sociales » enseigner au lycée ?
Introduction, par Marjorie Galy et Erwan Le Nader
I / Une brève histoire des sciences économiques et sociales, par Élisabeth Chatel et Gérard Grosse

L’émergence des sciences économiques et sociales
Première étape : le baccalauréat B et la question de la « spécialisation » du second degré - Deuxième étape : les discussions et frictions sur les programmes de SES de septembre 1965 à juillet 1966
Une histoire mouvementée
L’institutionnalisation - Les évolutions des programmes - Les enjeux des évolutions curriculaires - Les logiques des évolutions curriculaires
Le corps enseignant de sciences économiques et sociales
Les professeurs de sciences économiques et sociales… - … des enseignants engagés - Les rapports avec l’inspection générale
Conclusion
II / 1967-2011 : la démarche des SES en question, par Jean Lawruszenko, Igor Martinache et Jean-Yves Mas
La problématique scientificité des SES
2011 : un statut scientifique clairement revendiqué - Les sciences sociales et le sens commun : rupture ou distance critique ? - D’autres conceptions possibles des sciences sociales - Les SES et la difficile prise en compte de la pluralité des paradigmes
Quelle articulation entre les différentes sciences sociales ?
Des disciplines historiquement construites et circonscrites - 2011 : une spécialisation disciplinaire renforcée - L’euphémisation des controverses internes aux disciplines - En arrière-plan, les débats sur l’unité des sciences sociales
Quelles conceptions des apprentissages des élèves ?
Des démarches pédagogiques radicalement différentes - La légitimité didactique des SES
III / Quelle place pour l’enseignement des SES ?, par Rémi Jeanin et Bruno Magliulo
La place des SES dans l’enseignement secondaire
Un enseignement d’« exploration » en seconde - Les SES, discipline pivot de la série « économique et sociale »
Les SES, la série ES et l’enseignement supérieur
Que deviennent les bacheliers ES ? - Le rôle du professeur de SES dans l’orientation
Une place reconnue, mais instable
Les SES ont-elles leur place dans la culture commune ? - Les SES hors de la série ES, voire sans la série ES ?
IV / Conduire les apprentissages, par Aurélie Blanc, Gisèle Jean et Laurence Maurin
Quelles interrogations didactiques pour l’enseignant face aux programmes ?
Des savoirs savants aux savoirs enseignés : transposition et/ou transformation ? - Comment s’effectue cette transformation ? - Le savoir n’est pas une opinion : retour sur l’épistémologie des élèves - S’interroger sur la nature des connaissances à enseigner
Concevoir et mener des activités pour apprendre en classe
Pourquoi et comment se saisir des représentations des élèves ? Intérêt et limites - Comment ne pas confondre mise en activité intellectuelle et participation des élèves ? - Faut-il commencer par les bases ? - Le travail de groupe : comment veiller à son efficacité ? - Exposé magistral ou interactions dans la classe : faut-il les opposer ? - Comment rendre efficace le travail hors la classe ?
Aider à apprendre et réguler les apprentissages
Ce que les sciences cognitives permettent de comprendre - Comment (et pourquoi) se servir des erreurs des élèves pour l’apprentissage ? - Utiliser la métacognition comme soutien à l’apprentissage - La trace écrite, un outil pour développer l’autonomie des élèves
V / Le travail sur documents, par Claire Joigneaux-Desplanques et Arnaud Parienty
Les justifications du travail sur documents
Un élément fondateur de la discipline enseignée : l’institutionnalisation du travail sur documents
Initier aux formes de raisonnement et aux méthodes spécifiques aux sciences sociales - La place spécifique des données chiffrées - L’administration de la preuve

Le travail sur documents : une pédagogie sous tension
Le travail sur documents en procès : la qualité des documents en question - Le travail sur documents en procès : élitisme déguisé ou enseignement appauvri ? - Des tensions éclairées par la sociologie de l’école
VI / Le travail par compétences, par Jean-Paul Rogin et Philippe Watrelot
L’approche par compétences : généalogie et controverses
L’influence du monde du travail et des institutions internationales - Les raisons scolaires du développement de l’approche par compétences
SES et compétences : continuité ou rupture ?
L’objectif de développement d’« habitudes intellectuelles » dès 1967 - La publication des objectifs de référence en classe de seconde en 1993 - Les effets du passage au statut d’enseignement d’exploration en classe de seconde en 2010
Mettre en œuvre une approche par compétences aujourd’hui en SES
Un appel à un travail interdisciplinaire - Maîtriser une notion est déjà une compétence, ou comment les tâches complexes et inédites peuvent ne pas être érigées en normes - La dissertation comme tâche complexe
Conclusion : former le citoyen tout autant que le bachelier
VII / La valeur de l’évaluation, par Pascal Binet et Frédéric Combelle
Évaluer pour attester un niveau et sélectionner
Le niveau atteint est vérifié par des notes - Histoire des épreuves en SES et de leurs philosophies sous-jacentes - Noter les copies de bac : les difficultés de la nécessaire harmonisation de la correction
Évaluer pour apprendre
Construire une évaluation : que veut-on évaluer ? - Évaluer des compétences : évaluer pour apprendre - S’accommoder de la contrainte de noter - Corriger
VIII / Enseigner les SES avec le numérique, par Thomas Blanchet, Guy Braun et Pierre Maura
Aspect historique et institutionnel du numérique en SES
Bref historique de l’usage dans la discipline - Les usages effectifs du numérique en SES et les raisons d’une probable sous-utilisation
Le numérique, vecteur d’une transformation de la relation pédagogique ?
Une autre relation enseignant/apprenant - Vers un travail plus collaboratif
Le numérique comme moyen de mise en œuvre des démarches en sciences sociales
La recherche documentaire - La collecte et le traitement des données statistiques - La modélisation et simulation de mécanismes économiques ou comportements
Annexe I / De l’indiscipline à la discipline, par Pascal Combemale
Annexe II / Les épreuves du CAPES externe

Les épreuves écrites d’admissibilité
Les épreuves orales d’admission.

Droits étrangers

ECONOMICS AND SOCIAL SCIENCES




Contact : d.ribouchon@editionsladecouverte.com