La modernisation des entreprises

Danièle LINHART

Sous couvert d'autonomie et de responsabilisation, les salariés semblent peiner face à un travail modernisé. Les missions et les rapports sur la souffrance et le mal-être se multiplient. Comment en est-on arrivé là ? Quelles logiques sont à l'œuvre dans la modernisation des entreprises, en matière d'organisation du travail, de gestion des salariés et d'idéologie mobilisée ?
Si certaines dimensions de l'entreprise évoluent de toute évidence (avec l'individualisation et la mobilisation subjective des salariés), d'autres restent toujours régies par des principes anciens inspirés largement du taylorisme. Ma modernisation prend ainsi l'allure d'uen évolution bancale et disharmonieuse qui est à mettre au compte d'une forte méfiance des responsables d'entreprise à l'égard de leurs salariés.
L'auteur présente les ressorts de la méfiance ainsi que le contenu et les effets, parfois dévastateurs, de cette évolution pour déboucher ensuite sur une analyse sociologique des acteurs de l'entreprise.

Version papier : 10 €
Facebook Twitter Google+ Pinterest
Détails techniques
Collection : Repères n°152
Parution : novembre 2010
ISBN : 9782707166661
Nb de pages : 128
Dimensions : 120 * 190 mm
Façonnage : Broché

Danièle LINHART

Danièle Linhart, docteure en sociologie, est directeure de recherches au CNRS. Elle enseigne à l'université de Paris-X-Nanterre et dirige le laboratoire « Travail et mobilités ».

Table des matières

Introduction
Post-taylorisme ? Après-fordisme? Un débat séduitant
Nous avions tant débattu
L'attrait de la nouveauté d'alors
I / Risque de faux débat
Les dangers du tout ou rien
Le taylorisme et le fordisme : des définitions fuyantes- Des textes fondateurs aux applications multiples - Ceux qui croient au changement et ceux qui n'y croient pas - Une autre grille de lecture
Les espaces de l'entreprise et leurs évolutions
Trois dimensions dans l'entreprise, plus une - Redécouvertes - Quatres niveaux d'inscription du changement dans la réalité
II / Des évolutions qui tranchent
Le fonctionnement interne des entreprises : des bouleversements d'ampleur
Un discours offensif - En toile de fond, l'influence japonaise - Des discours aux pratiques - L'informatique à la rescousse - Le recours au management participatif - Une poussée centralisatrice - Une certaine cohérence - Des résultats assez décevants - De fortes pesanteurs - Des effets inattendus
Relations sociales : la promotion de l'individu
Un grand virage - L'irruption de la parole - Années 1970 : une politique de petits pas - Une véritable traînée de poudre participative - Du pour et du contre - Des déceptions - Un repli individualiste
III / Des changements moins audacieux
Une révolution langagière
Vers une nouvelle organisation du travail : le modèle des industries en continu et sa diffusion
À l'origine, une situation spécifique - La difficile diffusion d'un modèle innovant - Des innovations managériales
Un « taylorisme assisté par ordinateur »
Un modèle hybride : cadre taylorien et mobilisation subjective des salariés
Et toujours du participatif
Ségrégation et morcellement
Des régressions sur l'emploi
IV / Un modèle organisationnel asynchrone
Un manque de cohérence
Pourquoi ? - Un déficit de confiance - Les « vertus » du taylorisme - Une bataille identitaire
La difficile gestion de l'ambivalence productive
Implication par les savoir-faire et rejet du travail - Du consentement paradoxal à la participation : un chemin difficile - Une implication rebelle - Incompatibilités
V / La modernisation : changer les salariés avant de changer le travail -
Une vaste offensive
Une loi opportune sur le droit d'expression - Favoriser l'individualisme - À la recherche d'une autre socialisation - Les collectifs « archaïques » pour cible - Le détour identitaire - Des efforts déployés tous azimuts
Quelles cohérences ? Quels effets ?
Un projet sophistiqué
VI / Pour une théorie sociologique des acteurs collectifs dans l'entreprise
Les apports théoriques dans le champ
Régulation conjointe et analyse stratégique - L'analyse des communautés - Une focalisation sur les actions plus que sur les acteurs
Des acteurs de nature différente
L'épreuve de la parole officielle - Une prise de conscience identitaire - Retour à la théorie : le silence modérateur - Le consensus passif - Des acteurs collectifs qui s'ignorent - Un enjeu scientifique - Une inégalité fondamentale - Rencontres dangereuses
VII / Des politiques renouvelées vers une mise en conformité des salariés modernes
Le \"changement perpétuel \" : un véritable crédo
Stresser pour stimuler
Travail et société, les termes d'un éloignement
Conclusion
Repères bibliographiques
.